Mon carnet de voyage africain #4

PREMIERE2-1024x768

Nous sommes partis pour une aventure d’un an au Gabon. Je vais essayer de livrer ici mes impressions, ma vie d’expat’, ses joies, ses difficultés. La vie m’a amenée au Gabon. Je ne suis pas une expatriée convaincue. Loin de là. J’aime ma vie en France. Mais je suis bien trop curieuse pour ne pas tenter l’expérience, avec un billet de retour dans la poche ! Voici notre petite vie en terre africaine. Et pour suivre notre aventure au jour le jour, rdv par ici >>> clic clic clic

 

Et de deux… Oui j’avoue, je compte les semaines. Jusqu’à ce qu’il y en ait trop, sans doute. J’ai le moral en oscillations. En rose et gris. L’aventure n’est pas sans nuances. Cette semaine nous avons eu une coupure d’eau. C’est ma hantise. Sans électricité, il y a les soirées aux bougies. Sans eau, il y a… la saleté. Je l’ai compris en Angola. Et pourtant à la première coupure d’électricité, je suis restée plus de trois heures dans le noir car j’avais peur de descendre allumer le générateur seule, dans la rue, à Luanda. Mais punaise, pas d’eau… C’est bien pire. Amusez-vous à compter combien de fois par jour, vous ouvrez le robinet pour un léger rinçage de mains, vous comprendrez. Et je vous passe les détails de l’impossibilité de tirer la chasse d’eau. Hum hum. On se sent bien poisseux… et chanceux d’être né de l’autre côté.

Lundi. Une daurade délicieuse aux petits légumes cuisinée par Claudine. La régalade. Depuis, notre fée déjeune avec nous lorsqu’elle le désire. Et ça, c’est drôlement chouette !

IMG_7836

Après-midi piscine. Les enfants n’en finissent pas de sauter et de s’éclabousser. Dialo observe les enfants plein de bienveillance et de prévenance.

IMG_7858 IMG_7862 IMG_7872 IMG_7880

Mardi. La découverte du quartier populaire de Grand village. On y trouve de tout. Se mêlent vendeurs locaux et libanais. Des magasins de bric et de broc. Un marché. Et surtout, des piles et des piles de tissus. J’en prends plein les yeux. Impossible de faire un choix. Nous reviendrons.

IMG_1508 IMG_1514 IMG_1523 IMG_1525 IMG_1526 IMG_1527

Mercredi. J’apprends qu’il y a une coupure d’eau depuis trois jours dans le quartier de la Sogara, en bordure de mer. Nous n’en souffrons pas. Je propose à Yasmina de venir doucher ses filles. Hana est dans la classe de Gabrielle. Le lendemain midi, notre cuve est vide. Il faut savoir que nous disposons de relais pour l’électricité et l’eau. D’un générateur en cas de coupure d’électricité et d’une réserve d’eau disponible dans une cuve pour nous permettre de tenir 24h en cas de coupure d’eau. Il y a également un surpresseur pour garantir une pression suffisante dans les tuyaux et nous éviter de nous doucher avec un filet d’eau. Encore une fois, nous sommes vernis. L’eau est revenu mais curieusement, notre cuve ne se remplit pas… Système D. Nous remplissons notre cuve tous les jours grâce au tuyau d’arrosage branché à une alimentation en eau à l’avant de notre jardin. L’aventure.

Et hop ! Tout ça passe bien au-dessus de la tête des enfants. Eux ne voient que les bons côtés. Bonheur.

IMG_7886 IMG_7888 IMG_7889 IMG_7893

Jeudi. Je me fais petite souris. Les portes ouvrent dix minutes avant pour les maternelles. Camille est dans la cour en séance de sport avec sa classe. <3

IMG_1564 IMG_1581 IMG_1592 IMG_1596 IMG_1598

Ah oui, deux fois par semaine je conduis ! La peur au ventre de croiser la police locale (on s’est fait arrêter deux fois cette semaine…) mais je conduis !

Et je conduis ça !! Mazette !IMG_1554

Décrassage piscine et nouveau joujou avant que l’eau ne revienne, finalement.

IMG_7899

Vendredi. J’ai acheté une puce gabonaise chez Airtel, l’opérateur local, pour pouvoir appeler de partout. Mon ancien iphone 4 ne reconnait pas la puce. Nous allons voir Moustapha dans le quartier de Grand villlage. Il y a beaucoup de monde. Les rues sont dangereuses à traverser. Je ne me sens pas en sécurité. Sans doute, à tort. Moral en oscillations, je disais.

Pas de photos.

Samedi. Courses et Joyeux anniversaire papa ! Nous installons des moustiquaires. Malgré la clim, les moustiquaires aux fenêtres, les enfants se sont fait dévorer. Gabrielle se sent comme une princesse en terre africaine.

IMG_1690 IMG_1724

Dimanche. Nous découvrons Cap Lopez, son resto local sur la plage, ses énormes vagues et les éclaboussures des baleines à l’horizon. C’est bientôt la fin de la saison, nous ne pourrons peut-être pas les voir. Promis, plus de photos dans la semaine ! Et cette fois-ci, j’ai osé sortir mon réflex.

IMG_8068

Toute la semaine, Yasmina m’a baladée dans la ville m’aidant à trouver ce qu’il nous manque. Une aide si précieuse. Mille mercis mon joli guide !

Et vous, vous, je vous embrasse, fort !

Coralie xxx

 

8 réflexions au sujet de « Mon carnet de voyage africain #4 »

  1. Bonjour Coralie c’est Emilie la maman de Romane je vais qq fois sur ton site et ne voyant pas Camille à la rentrée j’ai appris par ton site que tu étais parties… quel courage !!! tes photos sont une vrai réussite j’espere que tout va bien….
    Romane embrasse Camille (je lui ai promis de te l’écrire…)
    à bientôt émilie

    • Oh Emilie, c’est vrai, je ne t’avais pas dit ! Merci pour ton commentaire. Camille était ravi ! Il embrasse Romane également très fort ! Tu peux lui dire que Camille retrouvera les bancs de Flachat peut-être dès l’année prochaine. Et moi je t’embrasse. A très vite. Coralie

  2. Bonjour Coralie,
    Je te suivais dans l’ombre depuis un certain temps déjà, sous le charme de l’univers que tu construis pour tes enfants, dans lequel je me retrouve bien. Et là, surprise, je découvre que ton blog a pris un tour nouveau, la forme d’un carnet de voyage. Et tout à coup je m’y retrouve encore plus. Et pour cause… Je suis expatriée en Inde depuis 3 ans et demi. Contrairement à toi, je suis sans doute expatriée dans l’âme. Mon fils de 6 ans est né au Chili, nous sommes passés par les Etats-Unis, et ma fille qui va avoir 3 ans dans quelques semaines est né en Inde… L’année prochaine nous quitterons l’Inde pour la Thaïlande… Ton article « Valeurs » m’a touchée. Il fait forcément écho à ce que nous vivons ici en Inde où tout ça est peut-être encore exacerbé par le système de castes, la place de chacun dans une société étriquée. Avoir du personnel à la maison, c’est une chose que j’ai beaucoup de mal à accepter. Ici nous avons une maid (femme de ménage et parfois nounou), les 2 chauffeurs (nous n’avons pas le droit de conduire, c’est trop dangereux), le jardinier qui entretient aussi la piscine. Nous nous passons de gardien, car tout ce monde c’est déjà trop pour nous. Mais en effet on ne peut pas faire autrement, c’est comme ça. Je ne connais pas du tout l’Afrique alors je ne peux pas vraiment comparer. Tu as l’air d’avoir trouvé très vite un équilibre avec tous ces gens qui t’entourent et travaillent « pour » toi (« avec » toi ? c’est là le secret ?). Ici les rapports humains sont très durs. Il est rare de trouver de la bienveillance chez les gens et donc il est difficile d’en distiller. On se déteste parfois quand on se rend compte qu’on rend ce qu’on reçoit… Quant au quotidien que tu décris, je l’imagine parfaitement. Nous avons le même ici. Les coupures d’électricité quotidiennes, l’eau qui manque, mais aussi l’approvisionnement en nourriture mangeable si compliqué… Et dans tout ça, des enfants heureux pour qui tout ça est si normal…
    Je continuerai à suivre tes aventures africaines… Bon courage pour la période d’adaptation. Après l’enchantement des débuts, vient un inévitable rejet de toute cette différence puis l’habitude s’installe…
    Morgane

    • Morgane, d’abord un grand merci de sortir de l’ombre ! Mon carnet de voyage m’apporte énormément de jolies rencontres. Ça me fait du bien de poser tout ça ici. L’article Valeurs m’a libérée d’un poids. Et puis pour le moment, tout mon atelier est en cartons dans le frêt, j’ai du temps pour écrire 😉 Je t’embrasse. Coralie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *