WEEK 9/52… L’école, un ours et beaucoup de réflexion.

D-I-M-A-N-C-H-E-E-N-V-O-L-E-E1

C’était la reprise de l’école pour les enfants cette semaine. Je suis loin de la France et pourtant je sens approchée la période des carnavals d’école.

Il y a eu ce gentil message sous mes chapeaux de pirate m’annonçant que la classe 7 penserait bien fort à moi le 9 avril. La classe 7, c’est mon ancienne classe, celle que j’ai partagée pendant 3 ans avec mon amie Valérie, celle où nous avons cogité et changé nos façons de faire, nos pratiques pédagogiques nous rapprochant sans le savoir de cette nouvelle pédagogie conceptualisée par Céline Alvarez. Dans notre classe, les enfants choisissaient par un système d’inscription l’atelier auquel il voulait participer. Nous faisions exclusivement des ateliers de manipulation, nous inspirant de la pédagogie de Maria Montessori. Laissions aux enfants le temps d’arriver, de jouer puis de s’intéresser spontanément aux activités que nous leur proposions. Les ateliers de manipulations pouvaient durer quinze jours ou toute la période. Tout dépendait de l’intérêt et des progrès des enfants. Nous avions mis en place un système de brevets avec des paliers à franchir. Quand les enfants avaient tous progressé (je n’ai pas dit réussi !) et se lassaient, l’atelier se fermait pour mieux s’ouvrir à nouveau plus tard. Nous faisions beaucoup de vocabulaire parce que là où je travaillais, il y avait urgence. Et nommer les mots, réussir à se faire comprendre réduit considérablement toute forme de violence envers soi, les autres. Et puis bien sûr, de l’art plastique tous les jours !

Nous allions vers une pédagogie positive et bienveillante, respectueuse de l’individualité de chaque enfant.

Tout ne s’est pas mis en place tout seul. Il y a eu des doutes. Travailler ainsi demande beaucoup d’organisation et aussi beaucoup de temps, hors classe, de préparation. Nous n’étions pas trop de deux !

Nous photographions les enfants partout, tout le temps pour garder la trace de leur progrès et pour qu’ils soient visibles pour l’enfant lui-même. Nous allions peu à peu vers un brevet de réussites plutôt qu’un livret scolaire à seule destination des parents, souvent peu compréhensibles même par ces derniers !

Et puis je suis partie.

Par certains côtés, l’école me manque, mais pas ce système qui ne valorise pas les efforts et la recherche. Depuis la naissance de Gabrielle et avec un amoureux qui voyage beaucoup, je travaillais à temps partiel pour me permettre de développer By Little Ones et de m’occuper des enfants. Je courrais toujours après le temps sans arriver à trancher pour l’une ou l’autre de mes activités. Le Gabon s’est présenté et après la sidération du départ imminent, je me suis dit que cette pause me ferait du bien.

Il reste 4 mois et je ne sais pas encore. Il y a des pistes, des envies, des partenariats qui s’affirment, de jolis projets pour By Little Ones… Mais j’ai tout de même demandé ma réintégration. A vrai dire, il sera encore temps de faire machine arrière. J’ai peur de retourner dans un rythme infernal et de devoir de nouveau faire des choix qui ne me conviennent pas. Et puis pour être complètement honnête, le retour en France n’est pas encore acté !

En attendant, j’aide mes amies, ma soeur pour qui le carnaval approche. Il y aura les pirates de la classe 7, les ours d’une classe parisienne et les ânes près de Chartre !

Pour les costumes d’âne, publication imminente sur le site de Marie-Claire Idées ! Hâte…

Pour les ours, j’ai enfin pris le temps de photographier Monsieur Ours ! Très bientôt le tuto sur le blog. J’ai intérêt, sinon je vais me faire disputer !

En attendant, il prends le thé et se rafraîchit avec ma Boucle d’Or.

IMG_8439 IMG_8458 IMG_8462 IMG_8471IMG_8456IMG_8539IMG_8548IMG_8557IMG_8563IMG_8568IMG_8579IMG_8581IMG_8583IMG_8585IMG_8586IMG_8588IMG_8657IMG_8666

Je vous embrasse. Bonne reprise aux petits parisiens pour qui mon cœur bat un peu plus fort.

Coralie

Elle // Débardeur et jupe adorée Louise Misha – Tête d’Ours By Little Ones – Bouclettes maison.

5 réflexions au sujet de « WEEK 9/52… L’école, un ours et beaucoup de réflexion. »

  1. Un petit coucou avant d aller au dodo je pense à toi au Gabon et j ai envie de te dire prends le temps encore de réfléchir a ce que tu souhaites vraiment faire ❤️ Un perir tableau avec les + et les – marche pas mal pour moi
    Je t embrasse fort
    Elle a tellement transit ta jolie coquette ….
    Dalila

  2. L’éternel remise en question féminine et maternelle… Je crois que cela fait 4 ans que ce débat résonne dans ma tête, sans jamais trouver de vraie de réponse. Pour l’instant j’ai opté de fonctionner par période, car je n’arrive pas à faire les choses en demi mesure… Je veux un boulot passionnant et pour cela il faut etre disponible et avoir beaucoup d’énergie. Je ne veux pas délaisser mes enfants et me réveiller un jour en voyant tout ce temps précieux qui est passé et dont j’ai pas su profiter. Donc je m’accorde des « pauses » aussi… Ou tout s’arrête et jai de nouveau le temps de les regarder… Jusqu’à ce que l’envie d’un nouveau projet professionnel métitilee vraiment. Tu as raison laisses toi le temps. De toute façon tu pourras toujours toujours changer d’avis. L’important est de faire ce qu’il y a au fond de ton coeur.

  3. Je traverse une période de doutes, de choix a faire et que je ne fais pas…et je sais que le cul entre 2 chaises, c’est paS simple! Quoique…avec de l’or au bout des doigts tu as déjà un gros atout!

  4. Prends le temps de réfléchir.
    Profites de la douceur africaine et de l’expérience!
    Vis l’instant présent!
    Tu as de l’or au bout des doigts tu trouveras comment faire.
    J’aurai vraiment voulu que mes enfants puissent t’avoir comme maitresse…
    Je vous embrasse!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *